Version malvoyantDiminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerplan du siteContact
Site Paysages CCVK
Lecture linéaire
 

Hautes chaumes, Réserve biologique domaniale des deux Lacs, arrêté de protection du biotope de la Tête des faux, Pelouses à orchidées de Sigolsheim… Ces sites prestigieux de la vallée vous proposent une nature d’exception !

Mais la nature est aussi à la porte de tout un chacun et peut offrir le même émerveillement avec la proximité en plus : il suffit de se pencher !


Cette nature ordinaire, accessible tous les jours fait l’objet de diverses actions :
• Gérer les espaces publics extérieurs de façon écologique
• Mener une politique pour les vergers et la promotion du jardinage écologique.
• Préserver les zones naturelles sensibles
• Protéger les milieux aquatiques.
• Favoriser les corridors écologiques.
• Réhabiliter certains sites
• Promouvoir les pratiques de chasse durables.
 

 

Gérer les espaces publics extérieurs de façon écologique.

Les espaces publics extérieurs comprennent aussi bien les parcs, les espaces verts, les places, que les rues et les bords de route.
Les communes et le département sont en première ligne pour assurer une gestion appropriée qui garantit l’agrément de l’usager, la tranquillité du riverain et le respect de l’environnement.

Il s’agit donc de définir une gestion différenciée pour chaque espace, voire chaque moment de l’année, en fonction de la tolérance qu’on peut laisser à la nature spontanée :
• Suppression de pesticides
• Traitement alternatif des « mauvaises herbes » : binage, paillage, etc.
• Réduction de la fertilisation chimique
• Compostage des déchets verts
• Promotion de la biodiversité et de la végétation locale
• Economie d’eau d’irrigation
• Economie de carburant
• Préservation du silence.

Il est nécessaire de changer les pratiques, les comportements, mais aussi le regard que l’ont porte sur ces espaces.
 

 
Pour en savoir plus
 
 
Exemples de réalisation

• Réhabilitation paysagère des délaissés routiers de la RD415 à Hinteralspach
• Formation des agents municipaux des 10 communes sur l’utilisation raisonnée des pesticides
• Gestion différenciée et raisonnée des espaces publics (investissement matériel de gestion alternatif, gestion des effluents, maitrise de l’irrigation, désherbage thermique)
• Golf d’Ammerschwihr : pratiques d’entretien adaptées et respectueuses des milieux écologiques et suivi)

 Mener une politique pour les vergers et la promotion du jardinage écologique.

Les innombrables fermes du pays welche étaient jouxtées d’un verger pour l’autoconsommation, et dans le vignoble aussi les fruitiers disséminés ou dans les jardins étaient nombreux : cet héritage nous laisse paysages, savoir-faire et variétés anciennes uniques. Pour sauvegarder ce paysage ou faire revivre ces gestes, il faut des passionnés comme l’association locale d’arboriculteurs amateurs.

Les jardins constituent eux aussi des écosystèmes intéressants s’ils sont travaillés dans le respect du sol, de l’eau et de la biodiversité.

 

Exemples de réalisation :

• Etude diagnostic « Vivent les vergers » 2006
• 5 journées de formation arboricole amateur 2005-06
• 3 ans de diffusion de 1000 fruitiers de variétés anciennes en commande groupée 2006-08
• Animations jardins 2007-08
• Modernisation de l’Atelier fruits à Lapoutroie 2006-11
 

Préserver les zones naturelles sensibles.

Il existe sur le territoire de la CCVK, des espaces dont le caractère naturel est menacé et rendu vulnérable à court et moyen terme en raison de la pression urbaine ou du développement des activités économiques ou de loisirs.

Ces espaces naturels sensibles, principalement des zones humides, des milieux secs, petits bois et vergers traditionnels remplissent pourtant des fonctions variées dans une commune (animation paysagère, zone refuge pour la faune, biodiversité, zone tampon et sociorécréative, production agricole extensive, protection des ressources eau et sol) qu’il est important de préserver.
Cela est d’autant plus justifié lorsque ces espaces peuvent s’inscrire dans plusieurs politiques validées et mises place au niveau départemental et régionale comme : les politiques de préservation des zones humides remarquables, et des espaces naturels sensibles du Département, la mise en place de Natura 2000 sur le piémont viticole, la traduction des objectifs du SAGE Ill-Nappe-Rhin.

 
Pour en savoir plus, consulter la fiche action Gerplan :

20. Préserver les zones naturelles sensibles

Protéger les milieux aquatiques.

La préservation des zones humides et des zones inondables fait partie des différentes politiques environnementales qu’elles soient européennes ou départementales.
Les intérêts et fonctions de ces zones vis-à-vis de la biodiversité, de la régulation et de l’épuration des eaux de crues sont autant de raisons qui doivent inciter les communes et les particuliers à les protéger.
L’enjeu réside également dans une meilleure appropriation sociale et dans l’acception de ces zones comme un patrimoine collectif et non comme des contraintes et des secteurs trop souvent dénigrés et considérés comme mal sains.

 

Favoriser les corridors écologiques.

L’étude préalable du Gerplan a mis en évidence les caractéristiques du réseau écologique de la CCVK :
- Un réseau écologique relativement satisfaisant dans le secteur montagnard. Quelques obstacles ou freins aux échanges avec les plantations de résineux, la RN415, les conurbations et les seuils infranchissables.
- Un réseau écologique de qualité intermédiaire dans la plaine et le piémont avec la présence de milieux agricoles plus intensifs et l’absence de milieux arborés ou prairies relais.
A une échelle plus large, la Weiss et la Fecht constituent des corridors écologiques majeurs qu’il faut améliorer pour assurer les échanges et les connexions entre la montagne vosgienne et le ried Centre Alsace.

 
Pour en savoir plus, consulter les fiches action Gerplan :
 
Exemples de réalisation :

• Passage à batraciens sur la RD d’Ammerschwihr à Trois épis

Promouvoir les pratiques de chasse durables.

En l’absence de super-prédateurs la chasse contribue à la qualité des populations de gibiers.
Il est intéressant que les communes qui mettent en location des lots de chasse assortissent leurs baux de prescriptions permettant des pratiques de chasse durable pour :
• Limiter le nourrissage source de problèmes sanitaires et de surdensité
• Favoriser des zones de quiétude et de gagnage favorables aux animaux
• Permettre une bonne cohabitation avec les autres usagers du territoire : forestiers, agriculteurs, praticiens de loisirs de plein air…

 
 
Exemples de réalisation :

• Avant projet de charte cynégétique

Réhabiliter certains sites

Dans certains secteurs, des problèmes de dégradation des milieux se posent (remblaiement, dépôts sauvages, étangs, haies de résineux, obstacles à la migration des poissons, etc.).
Il s’agit essentiellement de micro-sites liés au réseau hydrographique secondaire des communes viticoles et pour lesquels un projet global de restauration est souhaitable.


 

Exemples de réalisation :

• Recréation d’un bras mort le long de la Weiss à Sigolsheim 2008
• Travaux de restauration écologique du Rehbach (Kaysersberg 2008)
• Travaux de restauration écologique du Toggenbach (Kaysersberg 2010)