Version malvoyantDiminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerplan du siteContact
Site Paysages CCVK
Lecture linéaire
autrefois, travaux de débardage avec des boeufs
cliquez pour agrandir l'image autrefois, travaux de débardage avec des boeufs
autrefois, schlittage de grumes
cliquez pour agrandir l'image autrefois, schlittage de grumes
une rampe en pierres sèches, trace d'une ancienne exploitation de la forêt
cliquez pour agrandir l'image une rampe en pierres sèches, trace d'une ancienne exploitation de la forêt
aujourd'hui, travaux d'élagage des grumes
cliquez pour agrandir l'image aujourd'hui, travaux d'élagage des grumes
une futaie de chênes
cliquez pour agrandir l'image une futaie de chênes
un taillis de châtaigners en hiver
cliquez pour agrandir l'image un taillis de châtaigners en hiver
ce taillis sous-futaie est aussi une forêt mixte, mélangeant plusieurs espèces
cliquez pour agrandir l'image ce taillis sous-futaie est aussi une forêt mixte, mélangeant plusieurs espèces
la pinède à myrtille : un type de forêt courant sur nos massifs gréseux
cliquez pour agrandir l'image la pinède à myrtille : un type de forêt courant sur nos massifs gréseux

La forêt est une composante importante des paysages de la Communautés de Communes, elle couvre pratiquement deux tiers du territoire. On ne peut pas vraiment classer la forêt en tant que milieu naturel : La forêt n’est pas naturelle car elle est exploitée. La forêt se situe essentiellement sur les zones sommitales. Avec le relief, elle délimite l'espace agricole. On peut distinguer deux étages : Les premiers massifs forestiers, les plus importants, constituent l’espace intermédiaire entre les paysages de vignes du bas et les paysages de prairies. Plus haut, d’autres massifs occupent les versants pentus entre l’espace prairial et les hautes-chaumes.

La sylviculture

L'exploitation de la forêt s'appelle la sylviculture. Les grands massifs forestiers de la Communauté de Communes sont majoritairement communaux, certains sont domaniaux, le reste correspond à des forêts privées. Les forêts domaniales (et souvent les forêts communales) sont gérées et exploitées par l’ONF (Office Nationale des Forêts).
 
Les techniques d'exploitation du bois :
 
Autrefois
Avant la mécanisation, tous les travaux forestiers se faisaient à la force des hommes et des bêtes. Après l'abattage des arbres, les fûts élaguées doivent être extraits de la forêt, on appelle ça le débardage. Il existait autrefois plusieurs techniques :
Le débardage avec des boeufs ou des chevaux : Ces puissants animaux de trait permettaient de tirer les lourds troncs hors de la forêt. Dans certaines forêts, on retrouve encore des traces de cette technique, comme par exemple des rampes en pierres sèches.
Le schlittage : Si la pente était trop importante, on débitait le bois sur place, puis on le chargait sur des schlittes. La schlitte est une sorte de traîneau glissant sur une piste faite de traverses de bois. La schlitte était retenue à l'avant par un homme, à la force de ses jambes. Le schlittage était un travail dangereux.
 
Aujourd’hui
Aujourd'hui, la tronçonneuse, les tracteurs, les chenillards, etc.  facilitent les travaux forestiers. La mécanisation a également contribué à l'élargissement des pistes forestières pour permettre le passage de ces gros vééhicules.
 

Différents types de gestion

Il existe plusieurs types de forêt qui dépendent de la manière dont on l'exploite :
 
La futaie (futaie régulière) se compose d’arbres du même âge aux troncs droits qui poussent en hauteur : les futs. Le sous-bois de la futaie est dégagé et nettoyé de tout autre arbuste.
 
Le taillis : certaines essences d'arbres ont la capacité de repousser sur la même souche et remplacent le tronc abattu par plusieurs petits troncs. Ce type d’exploitation fonctionne bien avec le châtaignier par exemple dont les rejets servent à faire les piquets de vigne.
 
Le taillis sous-futaie est une forêt composée de plusieurs strates : on y observe une strate arborée faite de grands arbres, sous laquelle pousse une strate arbustive composée d’arbustes variés. Cette forêt constitue un milieu riche en biodiversité végétale et animale mais demande plus de travail aux forestiers. Elle constitue l’habitat préféré du Cerf, du Sanglier, etc.
 
La futaie jardinée (ou futaie irrégulière) rassemble dans une même parcelle forestière, des arbres d’âges et de dimensions différentes. Une futaie irrégulière est souvent composée de plusieurs espèces.
 

Les principales espèces cultivées

La forêt peut se composer de conifères et/ou de feuillus. Sur la Communautés de Communes, elle se trouve majoritairement résineuse. Les espèces s’échelonnent en fonction des altitudes. On trouve le Châtaignier en basse altitude près du vignoble, le Chêne, et plus haut le Hêtre, le Sapin, l’Épicéa et le Pin sylvestre, espèce qui arrive en tête car il convient bien au sol acide des terrains gréseux.
 
Le Pin sylvestre (Pinus sylvestris)
Le Hêtre (Fagus sylvatica)
L’Épicéa (Picea abies)
Le Chêne pédonculé (Quercus robur)
Le Sapin des Vosges (Abies alba)
Le Châtaigner (Castanea sativa)
 

Les principaux types de forêt

Voici, sur le site internet du Parc Naturel Régional du Ballons des Vosges, une description des principales forêts que l'on trouve sur notre territoire :
 
 

La filière bois

Pour le dévellopement la filière bois de la Communauté de Communes, une plateforme de copeaux-bois énergie a été créée. Pour en savoir plus, vous trouverez ici une explication de Nicolas Bourcart :

 
les massifs forestiers occupent les sommets et s'intrcalent entre les autres composantes du paysage
les massifs forestiers occupent les sommets et s'intrcalent entre les autres composantes du paysage
profil d'une futaie
profil d'une futaie
profil d'un taillis
profil d'un taillis
profil d'un taillis sous-futaie
profil d'un taillis sous-futaie
profil d'une futaie jardinée
profil d'une futaie jardinée