Version malvoyantDiminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerplan du siteContact
Site Paysages CCVK
Lecture linéaire
Le vignoble, c'est ici !
Le vignoble, c'est ici !
les vendanges se font encore manuellement, mais le travail de la vigne est aujourd'hui majoritairement mécanisé
cliquez pour agrandir l'image les vendanges se font encore manuellement, mais le travail de la vigne est aujourd'hui majoritairement mécanisé
vignes enherbées un rang sur deux, un compromis entre lutte contre l'érosion et rentabilité
cliquez pour agrandir l'image vignes enherbées un rang sur deux, un compromis entre lutte contre l'érosion et rentabilité
canalisations bétonnées des eaux de ruissellement
cliquez pour agrandir l'image canalisations bétonnées des eaux de ruissellement
coeur de village touristique
cliquez pour agrandir l'image coeur de village touristique

Le vignoble d'aujourd’hui 

 
 

Une vigne adaptée à la mécanisation

L’évolution des pratiques viticoles a provoqué des changements dans le paysage. Les travaux viticoles ont été mécanisés. Pour faciliter l’usage d’engins motorisés la vigne a été plantée parallèlement aux pentes. Pour la même raison, les chemins ont été bétonnés et les murs de soutènement des terrasses ont été renforcés, ou carrément démolis.
 

Le ruissellement et l’érosion

Ces nouvelles pratiques viticoles accentuent le ruissellement des eaux de pluie et de ce fait, l’érosion des sols. Autrefois, la plantation des vignes en rang perpendiculaires à la pente, l'enherbement relatif lié à l'absence de désherbants chimiques et les nombreuses petites terrasses de pierres sèches participaient au maintien des sols et permettaient une meilleure infiltration de l’eau.
Aujourd’hui, afin de limiter les dégâts, les vignes sont de plus en plus laissées en herbe, le plus souvent un rang sur deux.
Mais cela ne suffit pas, et des rigoles et des bassins de rétention bétonnés sont construits pour conduire et récupérer les eaux de ruissellement.
 

Des centres anciens touristiques

Aujourd’hui, la relation d’usage n’est plus aussi directe qu’autrefois entre le cœur des villages et l’espace agricole : beaucoup de personnes habitent dans la vallée mais travaillent ailleurs.
Dans les centres anciens, les maisons ont souvent été transformées en boutique, hôtel ou restaurant pour accueillir les nombreux visiteurs, et parfois les étages restent inoccupés! En parallèle et à l’écart des cœurs anciens, des quartiers plus récents se développent.
 

Les extensions urbaines

Autour des centres anciens dont le patrimoine architectural est typique et identitaire de l’Alsace, des quartiers d’habitat résidentiel se sont développés sous la forme de lotissements. Cette forme urbaine, peu dense se trouve déconnectée du tissu urbain des centres anciens.
Alors qu’autrefois, la mitoyenneté n’était pas un problème et était source de convivialité et d'économie (foncier, matériaux de construction, chauffage), aujourd’hui, chacun s’enferme dans sa parcelle, derrière sa haie opaque.
Les lotissements empiètent sur les espaces agricoles. Ils s’installent à la place de la vigne mais aussi des vergers qui formaient une ceinture autour du village, comme un tampon avec le vignoble. Ces vergers et jardins qui disparaissent peu à peu. Les lotissements et les aménagements pour les automobiles participent à la perte d’identité des paysages viticoles.
 
 

Installez le plugin Flash pour voir l'animation : Cliquez ici pour le télécharger